Grosse affluence à la Gay Pride parisienne [Video]

Publié le par Kouka.Garcia

 

 

De tous bords sexuels, politiques, religieux ou professionnels, des dizaines de milliers de personnes ont défilé dans une ambiance festive entre Montparnasse et Bastille.

 

 

Derrière les motards du Gay moto club (GMC) qui brandissaient des drapeaux arc-en-ciel, la neuvième Marche des fiertés lesbiennes, gay, bi et transexuelles s'est élancée ce 26 juin en début d'après-midi de la place du 18 juin 1940 en direction de la la place de la Bastille.

Cette année la joyeuse manifestation aux allures de carnaval estival avait pour mot d'ordre "Violences, discriminations, assez ! Liberté et égalité, partout et toujours !"

La Gauche en tête
Au premier rang du cortège se trouvaient des élus de l'opposition, notamment le numéro 2 du Parti socialiste Harlem Désir et le président du conseil régional d'Ile-de-France Jean-Paul Huchon qui a déclaré : "C'est la neuvième marche à laquelle je participe et je viens redire ici que nous sommes favorables au mariage entre personnes du même sexe et à l'adoption pour les homosexuels".

Egalement présente, Cécile Duflot, la secrétaire nationale des Verts a ajouté que "sur ces sujets, la France est en retard par rapport aux autres pays européens".

Un élu de droite écarté
Le conseiller UMP de Paris Thierry Coudert, aurait bien défilé à leurs côtés, mais le service d'ordre de la manifestation l'a écarté du groupe des élus. M. Coudert a jugé cette "attitude incompréhensible", expliquant qu'il est au sein de son parti "favorable au mariage et à l'adoption pour les gays", mais c'est justement son appartenance à l'UMP qui a coincé.

Vincent Loiseau, le porte-parole de l'Interassociative lesbienne, gay, bi et transsexuelle (Inter LGBT) a rappelé que "n'étaient accueillis dans la tête du cortège que les représentants des partis défendant les revendications de l'Inter LGBT".

"Selon les sondages, 65% des Français sont favorables au mariage gay et 57% favorables à l'adoption, l'ensemble des forces de gauche est favorable au mariage et à l'adoption, il y a donc un blocage d'une partie de la droite, qui bloque toute avancée des droits" a argumenté M. Loiseau.

Toutes tendances confondues
Quoi qu'il en soit, si tous les partis de gauches et écologistes figuraient dans le reste du cortège, de même que la CGT et la CFDT, la droite était aussi représentée à travers le mouvement GayLib, associé à l'UMP, bien qu'il s'inscrive sur une ligne assez différente sur ces questions sociales.

Parmi les 80 chars qui ont défilé ce samedi, on retiendra également la présence des homos juifs de Beit Haverim, celle des chrétiens de l'association David et Jonathan, ou sur un tout autre plan, celle de policiers qui depuis leur char arrosaient la foule avec des pistolets à eau.

Bas résilles, strings, bottes à talon compensé, kilts écossais, accessoires fétichistes et tenus de cuirs plus ou moins osées, comme chaque année, la foule bigarrée des participants à la Marche des fiertés n'a pas lésiné sur les tenues audacieuses et les déguisements.

La fête pour tous, même pour les entreprises
Bien sûr, loin de ces exubérances, la Gay Pride a aussi attiré de nombreux Parisiens tout à fait neutres, appartenant ou pas à la communauté LGBT, et parfois venus simplement pour le spectacle, l'ambiance de fête et la musique techno.

A noter, enfin, tandis que d'année en année, la Marche confirme son succès populaire, c'est aussi devenu un rendez-vous commercial pour les entreprises et leurs publicitaires.

Ainsi Renault, en partenariat avec le magazine Tetu a fait ce samedi la promotion de sa dernière décapotable, tandis que le constructeur japonais Daihatsu a présenté un nouveau modèle arborant la mention "le droit à la différence".

 

sources:

Metro

 

 



Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article