LA HAVANE Mavi, premier transsexuel cubain, rompt le silence sur les écrans de Cuba

Publié le par Kouka.Garcia

LE HAVANE - Vingt-deux an après avoir suscité une vive polémique à Cuba en y subissant la première opération de changement de sexe, Mavi Susel rompt le silence pour dénoncer homophobes et machistes dans le premier documentaire cubain consacré à la transsexualité.

30022_mavi-susel-d-a-la-premiere-du-film-le-corps-qui-s-est.jpg

Mavi, premier transsexuel cubain, rompt le silence sur les écrans de Cuba

 

Mavi Susel (D) à la première du film "Le Corps qui s'est trompé", à La Havane le 18 août 2010

 

"Le Corps qui s'est trompé", qui relate la vie difficile d'un transsexuel, a été présenté en première cette semaine dans une salle bondée du centre-ville de La Havane en présence de sa réalisatrice Marilyn Solaya et de sa protagoniste, Mavi, une femme rondelette de 49 ans qui n'avait jamais auparavant évoqué publiquement sa "transformation".

Mavi a expliqué à l'AFP qu'elle avait décidé de raconter sa vie pour que les gens "apprennent à nous aimer et nous comprendre".

Signe des temps, le film de 52 minutes doit être présenté à travers le pays et sa sortie a été soulignée à la télévision cubaine qui le diffusera aussi, loin du tollé qu'avait provoqué en 1988 l'annonce de la chirurgie subie par Mavi.

Mavi, premier transsexuel cubain, rompt le silence sur les écrans de Cuba

 

La réalisatrice du film "Le Corps qui s'est trompé", Marilin Solaya, et Mavi Susel, à la première du film à La Havane le 18 août 2010

 

La polémique à l'époque avait été telle que les opérations de changement de sexe, effectuées gratuitement comme tout traitement médical à Cuba, n'ont pu reprendre que vingt ans plus tard grâce à la gestion de la sexologue Mariela Castro, fille du président Raul et nièce de Fidel, qui dirige le Centre national d'éducation sexuelle.

Depuis, une dizaine de transsexuels ont pu bénéficier de ce type d'opération décriée par l'Eglise catholique et certains membres du Parti communiste, de l'aveu même de Mme Castro.

Si les Cubains ont été parmi les premiers au monde à légaliser l'avortement et font preuve d'une grande ouverture en matière de sexualité entre les hommes et les femmes, la question de l'homosexualité et de la transsexualité reste très controversée.

Le documentaire veut "donc sensibiliser les gens pour qu'ils comprennent que les transsexuels sont des êtres humains qui ont un cœur et qu'il faut respecter", selon Mme Solaya qui avait commencé sa carrière dans le cinéma en jouant dans le film culte "Fraise et chocolat" du plus célèbre cinéaste cubain, Tomas Gutierrez Alea (1928-1996).

 30023_la-realisatrice-du-film-le-corps-qui-s-est-trompe-mar.jpgMavi, premier transsexuel cubain, rompt le silence sur les écrans de Cuba
30024_mavi-susel-d-et-le-poete-miguel-barnet-a-la-havane-le.jpg

Mavi Susel (D) et le poète Miguel Barnet, à La Havane le 18 août 2010

 

Il s'agissait de la première œuvre cinématographique à aborder de front le thème de l'homosexualité et de ses préjugés sur l'île communiste où, dans les années 1960, homosexuels et autres "déviants" idéologiques étaient parfois envoyés dans des camps de rééducation.

La vie de Mavi n'a ainsi rien d'un conte de fée. Petit garçon, Mavi dit avoir été abusé sexuellement et avoir souffert de mauvais traitements à l'école et du mépris de son père qui voulait le chasser de la maison familiale.

Il y a eu aussi plusieurs tentatives de suicide avant de pouvoir réaliser l'opération de changement de sexe et, raconte Malvi, de "pouvoir être ce que je suis".

Après son mariage trois ans plus tard, en 1991, il lui a fallu beaucoup de courage pour avouer son histoire à son époux. "Il m'a répondu:+ j'ai rencontré une femme, tu es une femme+, et cela a été un soulagement".

Mais s'il y a désormais des jours de joie, il reste la frustration de ne pas avoir pu s'accomplir tout à fait en raison, selon elle, d'une société "intolérante" et "machiste". "Je crois que j'aurais pu faire de ma vie autre chose, j'aurais aimé être infirmière", dit cette femme au foyer.

"Si les gens pouvaient mieux connaître ce que c'est (la transsexualité), qu'on naît comme ça, ils ne seraient pas aussi insensibles et ils ne diraient pas des absurdités", dit Mavi en espérant que ce film allait aider d'autres transsexuels encore cachés dans le "placard".

 

Source : L’express.fr  

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article