Marche des fiertés à Lyon «samedi nous, marchent »

Publié le par Kouka.Garcia

Samedi 18 juin, Lyon accueille la 16e marche des Fiertés Lesbiennes, Gaies, Bi et Trans, mieux connue sous le nom de Gay Pride. Après le vote de l'Assemblée nationale ayant repoussé majoritairement la proposition de loi visant à autoriser le mariage homosexuel, la communauté lyonnaise se mobilise pour l'égalité des droit 

 

budapest-gay-pride

Le mariage homosexuel rejeté

 

"En 2011 je marche, en 2012 je vote". C'est le slogan choisi pour cette toute dernière marche des fiertés. " Avec ce mot d'ordre, nous avons voulu s'inscrire dans une dynamique nationale en s'associant au mot d'ordre adopté collectivement en janvier 2011 par les organisateurs de Marche des Fiertés LGBT de toute la France", affirme David Souvestre, président de la Gay and Lesbian Pride de Lyon. Une appellation différente qui donne, certes, une cohésion au mouvement mais qui ne change pour autant la situation d'un iota. La Lesbian and Gay Pride de Lyon demande, une fois deplus, aux partis politiques de lever toute ambiguïté et de s'engager clairement sur les principales thématiques concernant les couples gays et lesbiens, les bis et les trans. A savoir, le mariage homosexuel, rejeté mardi dernier, 293 voix contre 222 par les députés UMP, l'homoparentalité, le droits des trans, le droit d'asile, l'éducation et le VIH. " Nous demandons notamment au Gouvernement de mettre à profit les derniers mois de la législature pour terminer la réforme du Pacs, le statut du beau parent annoncés et toujours pas engagés et débloquer les dossiers prioritaires", précise le président de l'association.


 

Les revendications persistent


 

La France pionnière en 1999 avec l'adoption du Pacs, est aujourd'hui dépassée par la majorité de ses voisins européens en matière des droits homosexuels. " Ce que nous demandons aujourd'hui aux partis politiques c'est un positionnement clair sur les questions que nous revendications ", affirme un membre de 

la communauté gay. L'ouverture à la procréation médicalement assistée pour toutes les femmes, la reconnaissance des parents sociaux et de la transphobie comme discrimination, l'adoption et le retrait de la liste des pays dits "sûrs" continuant à condamner l'homosexualité... Une énumération de demandes qui, vu les derniers revers, n'est pas prête à être réduite. Cependant, David Souvestre demande au moins au Gouvernement de d'agir avant les élections de 2012 et de respecter les engagements promis par Nicolas Sarkozy. Selon la Gay and Lesbian Pride de Lyon "il ne sera jamais trop tard pour mobiliser l'Education Nationale contre toutes les discriminations et adopter par voie réglementaire des mesures facilitant le parcours des personnes trans".


 

Source :   LYONWEBZINE

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article