Mariage gay : la présidente argentine juge la position de l'Eglise moyenâgeuse

Publié le par Kouka.Garcia

La présidente argentine Cristina Kirchner a critiqué lundi l'opposition de l'Eglise catholique au projet de mariage homosexuel soumis mercredi au Sénat, jugeant que ses arguments renvoyaient à "l'époque médiévale et à l'Inquisition"

kouka-garcia-cristina-fernandez

"C'est inquiétant d'entendre des phrases comme 'la guerre de Dieu' ou des 'projets du Démon', qui nous renvoient à l'époque médiévale et à l'Inquisition", a déclaré Cristina Kirchner à la presse argentine lors d'une visite officielle en Chine.

L'Eglise argentine a lancé une grande offensive contre ce texte, appelant ses fidèles à se réunir mardi devant le Congrès pour marquer leur désapprobation dans ce pays où 90% des habitants se disent catholiques.


"Nous voulons une maman et un papa", pouvait-on lire lundi sur des affiches placardées dans Buenos Aires appelant à cette manifestation.

"L'union de personnes du même sexe est dépourvue des éléments biologiques et anthropologiques du mariage et de la famille", affirme l'Eglise dans un document lu par tous ses représentants lors de la messe dominicale.

L'Argentine peut devenir le premier d'Amérique latine à passer une loi autorisant le mariage entre personnes d'un même sexe si le Sénat adopte mercredi le texte approuvé le 5 mai par les députés.

La bataille sur ce projet, qui accorderait les mêmes droits aux couples homosexuels, y compris celui d'adopter, s'annonce cependant beaucoup plus serrée à la chambre haute.

La classe politique est très divisée sur le sujet et une commission sénatoriale a adopté la semaine dernière un projet alternatif d'union civile, qui interdirait aux couples homosexuels d'adopter. Ce vote n'engage toutefois en rien le reste des sénateurs.

Deux Argentins, Alex Freyre et José Maria Di Bello, ont été les premiers homosexuels à se marier en Amérique latine le 28 décembre en Terre de feu (sud), avant d'être imités par six autres couples gays ou lesbiens.

Une bataille juridique s'en est suivie. Des juges ont tenté d'annuler ces actes au motif que l'article 172 du Code civil ne prévoit pas le mariage entre personnes du même sexe. Mais les mariés ont fait à chaque fois appel et se disent sûrs de l'emporter, s'il le faut, devant la Cour Suprême.

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article